En réaction à une mise à jour de la Commission européenne concernant les progrès réalisés dans le cadre de son projet d’Union des marchés de capitaux (UMC), Olav Jones, le directeur général adjoint d’Insurance Europe, a déclaré ce qui suit dans un communiqué de presse du 29 novembre : « En tant que principaux investisseurs institutionnels de l’UE, les assureurs européens ont toujours soutenu l’objectif du projet d’Union des marchés de capitaux (UMC) de la Commission européenne, à savoir de libérer des capitaux en Europe.En réaction à une mise à jour de la Commission européenne concernant les progrès réalisés dans le cadre de son projet d’Union des marchés de capitaux (UMC), Olav Jones, le directeur général adjoint d’Insurance Europe, a déclaré ce qui suit dans un communiqué de presse du 29 novembre : « En tant que principaux investisseurs institutionnels de l’UE, les assureurs européens ont toujours soutenu l’objectif du projet d’Union des marchés de capitaux (UMC) de la Commission européenne, à savoir de libérer des capitaux en Europe. Bien que des progrès aient indubitablement été réalisés, certains points doivent toutefois encore être résolus. En ce qui concerne la révision du cadre réglementaire Solvabilité II pour les assureurs, nous avons le sentiment que la CE manque réellement une opportunité de libérer des capitaux que les assureurs pourraient utiliser pour stimuler l’économie européenne.

Un des objectifs de l’UMC est de lever les obstacles réglementaires à l’investissement, parmi lesquels figurent des problèmes prudentiels sous Solvabilité II qui empêchent le secteur de l’assurance d’investir davantage à long terme. Certaines améliorations appréciées ont été apportées en ce qui concerne le traitement des titrisations STS et les investissements dans l’infrastructure, mais il est nécessaire et possible de faire encore plus. Plusieurs aspects importants - actions, marge de risque, ajustement de la volatilité et capacité d’absorption des pertes par les impôts différés - n’ont pas été adéquatement résolus dans le cadre de la révision 2018 de Solvabilité II.

Dans son rapport d’avancement relatif à l’UMC, la Commission européenne renvoie aux corrections qu’elle a proposées concernant les investissements des assureurs en actions. Le projet de proposition de la CE, qui fait actuellement l’objet d’une consultation en tant qu’élément des actes délégués de Solvabilité II, ne permettra malheureusement pas d’atteindre son objectif de libérer les investissements. Sa conception rend en effet peu probable qu’un assureur remplisse les exigences en matière de calibrage. Le secteur de l’assurance est intimement convaincu que cette absence de mesures efficaces de la part de la Commission est une opportunité manquée. Les exigences de capitaux inutilement élevées imposées aux assureurs pour leurs investissements dans des actions à long terme doivent être revues afin de mieux refléter l’exposition réelle des risques à long terme de cette catégorie d’actifs.